Carton plein pour la STEP chalonnaise au championnat de France de Tir Sportif

Cette année, vingt tireurs de la Société de Tir d’Éducation Physique de Chalon ont participé au championnat de France de Tir Sportif. Se déroulant dans le parc des expositions de Montluçon, l’événement a eu lieu au début du mois de février 2017. Deux tireurs de la STEP chalonnaise se sont particulièrement bien débrouillés. Le double champion Armando Conceicao a de nouvelle fois remporté la médaille d’or sur les épreuves de cible mobile et de cible mobile mixte. De même, le médaillé olympique de Pékin 2018, Cédric Fèvre Chevalier a décroché l’or à la carabine a plomb. Après une belle finale, il a décroché 630.4 points.

Grâce à ces trois nouvelles médailles, la STEP chalonnaise se retrouve 10ème sur 140 au classement national des clubs participants à ce championnat. Sont également classés dans ce top 12 : trois autres clubs de Saône et Loire.

De l’arbalète en plus de la carabine

En plus de la compétition de tir à la carabine a plomb, les spectateurs ont pu également assister au championnat des clubs arbalète field. Les 20 meilleures équipes françaises étaient représentées. Constituée de Rémi Cabut, Alyson Cannard, Maxence Lecat, Didier Carlot et Fabienne Thevenet, l’équipe chalonnaise s’est placée en 5ème position.

Et des tests pour les visiteurs

Les spectateurs ont eu l’occasion de s’essayer au tir à la carabine et au pistolet. En effet, tous les matins, ils avaient l’opportunité de tester ces deux disciplines. Accompagnés d’un formateur, ils ont eu l’occasion de découvrir le fonctionnement des armes et de tirer sur des cibles placées à 10 mètres. Pour éviter les accidents, les armes n’étaient pas chargées de plomb. Elles fonctionnaient simplement grâce à des lasers. Une fois la bonne position adoptée, les visiteurs devaient tenter de stabiliser l’arme et de maîtriser leurs émotions afin de réaliser leur premier tir. Souvent raté, le second, le troisième et le quatrième étaient nettement améliorés ! Et oui, pour bien tirer, il est nécessaire de se concentrer et de gérer son stress. À l’inverse de l’athlétisme, le stress ne rend pas le tir plus efficace. Il transforme le tireur en une personne instable qui bouge légèrement et qui n’arrive pas à viser correctement.

Martial Chaussé, référent pour la Fédération française de tir paralympique a également présenté un autre aspect de la discipline aux visiteurs. Installées sur un fauteuil roulant, ils se sont initiés au handi-tir. Après avoir parcouru un petit parcours, ils se sont essayés au tir en situation de handicap. Une belle idée pour sensibiliser la population et pour intégrer les personnes en situation de handicap en plein cœur de la compétition.

Aujourd’hui, la carabine à plomb est une pratique qui intéresse les femmes et les hommes de tous les âges et de toutes les catégories sociales. Alors ça vous tente ?

Nos pages utilisent des cookies      
J'ACCEPTE
Afficher
Cacher
Abonnez-vous à notre newsletter